top of page
  • Photo du rédacteurLyREC

La santé en secteur libéral, la première ligne de rencontre avec la population générale


Les intérêts à développer une activité de recherche clinique en milieu libéral sont multiples : initier des études répondant aux questions et besoins directs et immédiats des soins primaires permettant d’améliorer l’offre de soin, accéder à une patientèle complémentaire de celles des hôpitaux et en particulier des hôpitaux universitaires, permettre un accès précoce des patients aux traitements innovants quelle que soit leur localisation géographique, prendre en compte le parcours de soin et l’environnement des patients dans les études, intégrer plus largement la recherche dans le parcours de soin des patients, collaborer au recrutement des patients dans les études quels que soient leurs lieux de réalisation, et d’une façon générale positionner le patient au centre de la recherche.


Les atouts du milieu libéral pour développer une activité de recherche clinique en vie réelle mais également plus interventionnelle sont nombreux. Les praticiens associés exerçant en tant que dirigeants de leur établissement ou membres de groupes de travail au sein même de celui-ci, nous constatons une bonne réactivité et flexibilité.


Considérer le développement de la recherche clinique en milieu libéral comme concurrent de la recherche clinique en milieu hospitalo-universitaire serait une erreur majeure, tant les impacts positifs des complémentarités et synergies sur la performance globale de notre territoire sont évidents.


Quels sont les types d’études cliniques possiblement menés en milieu libéral ?


Il est intéressant de constater que les professionnels de santé libéraux font déjà de la recherche - plus ou moins consciemment - en travaillant sur les évaluations de pratiques professionnelles. Cependant, peu d’entre eux exploitent ou formalisent ce travail qui pourrait être structuré et valorisé au travers d’un projet d’étude clinique.

Lorsqu’on évoque la recherche clinique en milieu libéral, on pense donc surtout à l’évaluation des pratiques, aux études en vie réelle, à la recherche en soins primaires. Le milieu libéral constitue bien sûr un terreau fertile pour ce type d’études, mais au moyen de quelques aménagements organisationnels, et finalement peu ou prou structurels, il peut également être une réponse aux problématiques actuellement rencontrées dans les essais cliniques plus interventionnels menés en CHU, parmi lesquelles :


  • Des études similaires portant sur une même population de patients menées simultanément, entrant alors en compétition entre elles. Ceci a pour effet de multiplier les ressources et les efforts pour une performance moindre pour l’Établissement de santé investigateur.


  • Des patients géographiquement éloignés des CHU ne bénéficiant pas d’innovation thérapeutique en cours d’évaluation. C’est particulièrement, mais pas seulement, le cas d’essais cliniques en cancérologie lorsque ceux-ci représentent à priori la meilleure chance d’évolution favorable pour un patient.


  • Des patients dont les caractéristiques cliniques sont moins fréquemment incluses dans les essais cliniques menés en CHU, rendant finalement partielle l’évaluation d’un produit de santé à ce titre. La représentation de certaines conditions cliniques ou pathologiques peut en effet différer entre patientèle de CHU et patientèle de ville.



Ainsi, au-delà des études en vie réelle ou en soins primaires, nous travaillons au déploiement d’essais cliniques plus innovants ou interventionnels en milieu libéral.

Quelle faisabilité pour une activité de recherche clinique en milieu libéral ?

Le développement de la recherche clinique en milieu libéral présente des freins ou des difficultés spécifiques dont témoigneront nos invités lors de la soirée d’informations et d’échanges du 9 avril organisée à Lyon pour sa première édition.


Notre objectif est de faciliter et d’encourager ce développement, et nous nous structurons dans cet objectif.


A alors émergé l’idée du développement d’une communauté de professionnels de santé en milieu libéral collaborant notamment avec les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), au sein de laquelle seront partagés des informations et de l’expérience, des besoins et des projets pour y répondre, des méthodes, des opportunités et des initiatives en recherche.


Parmi les besoins déjà identifiés auxquels nous pouvons d’ores et déjà apporter un soutien, figurent : la recherche de financement public ou privé, le support méthodologique, réglementaire, administratif, technique et logistique, la mise à disposition de ressources humaines spécialisées, des solutions informatiques…


LyREC va poursuivre son propre développement interne en adéquation avec les attentes des professionnels de santé libéraux qui se précisent toujours plus au fil de nos échanges. Au-delà de la co-construction de projets collaboratifs qui constitue notre ADN, nous proposons un véritable co-développement de la recherche clinique dont les retombées se veulent au bénéfice des patients et des professionnels de santé.


Ainsi, plusieurs axes de travail complémentaires sont en cours de préparation : créer une offre de formations adaptées au développement de la recherche clinique et scientifique en milieu libéral, faciliter les coopérations entre tous les acteurs au plan local, régional et national. Pour ne citer que ceux-là…


Nous espérons que cette communauté se développe et se structure dans un contexte d’émulation scientifique et d’innovation. Pouvant être facilitée collectivement, il est temps que la recherche clinique en milieu libéral se libère !










David BOTTIGIOLI

Coordinateur général LyREC















































119 vues0 commentaire
bottom of page